Des responsables russes rejettent la thèse d’un système de dopage instauré par l’État

© PhotoNews
© PhotoNews

Des responsables russes chargés de la lutte antidopage ont pour la première fois reconnu l’existence d’un système de dopage à grande échelle dans leur pays, écrit mardi le New York Times. « C’était une conspiration institutionnelle », a confié au quotidien américain Anna Antseliovich, directrice générale de l’agence russe antidopage.

Néanmoins, Mme Antseliovich et d’autres responsables interrogés par le journal ont rejeté la thèse d’un système de dopage instauré par l’État russe, assurant au New York Times que les dirigeants russes n’étaient pas impliqués.

Le ministère des Sports concerné

Dans son second rapport destiné à l’Agence mondiale antidopage (AMA) et publié début décembre, le juriste canadien Richard McLaren décrit en des termes accablants un système de dopage d’État, ce que la Russie conteste.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct