Ismaël Saidi: «C’est normal que les gens aient peur de nous, musulmans!»

«
Qu’on arrête de faire passer le musulman pour une victime et le  Belgo-Belge  pour un raciste notoire.
»
« Qu’on arrête de faire passer le musulman pour une victime et le Belgo-Belge pour un raciste notoire. » - Reporters

Dans un fauteuil roulant, costume de taulard à l’américaine – orange flash – Ismaël Saidi use ses roues sur les planches du théâtre de Liège. La première de Géhenne, son nouveau spectacle, se tiendra ce dimanche 15 dans la Cité ardente. La pièce, dont le nom renvoie à l’enfer dans la Bible (oui, c’est un musulman qui vous l’apprend !) a été créée comme une suite de Djihad, cette fameuse pièce reconnue d’utilité publique qui a parcouru les salles de Bruxelles, de Wallonie et désormais de France, des Pays-Bas, du Canada et même du Japon ! A travers ce spectacle, la troupe de l’ancien policier bruxellois a emmené pas moins de 73.000 spectateurs, dont 42.000 jeunes, sur les traces de trois jeunes un peu paumés en partance pour la Syrie. Cette fois, le public retrouvera l’un des personnages centraux qui est passé à l’acte. Ayant commis un attentat, dans lequel il a perdu l’usage de ses jambes, le personnage joué par Saidi se retrouve en prison, contraint de rencontrer un prêtre, lui qui a refusé l’aumônier musulman.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct