«Noir Jaune Blues»: «Il nous faut éveiller les consciences»

Membre influent du PS, Jean-Pascal Labille n’exerce aucun mandat électif. Il fut toutefois sous Di Rupo ministre fédéral des Entreprises publiques, de la Coopération au développement et de la Politique des grandes villes. Son action, il la mène désormais depuis ses mandats professionnels
: il est secrétaire général de l’Union des mutualités socialistes, président du Conseil d’administration de la SRIW et président de la Fondation «
Ceci n’est pas une crise
». ©Sylvain Piraux.
Membre influent du PS, Jean-Pascal Labille n’exerce aucun mandat électif. Il fut toutefois sous Di Rupo ministre fédéral des Entreprises publiques, de la Coopération au développement et de la Politique des grandes villes. Son action, il la mène désormais depuis ses mandats professionnels : il est secrétaire général de l’Union des mutualités socialistes, président du Conseil d’administration de la SRIW et président de la Fondation « Ceci n’est pas une crise ». ©Sylvain Piraux. - Sylvain Piraux.

Jean-Pascal Labille, président de Ceci n’est pas une crise, est un des initiateurs de l’enquête Noir, Jaune, Blues version 2017. Il la referme en disant son ambition de voir éclore un nouveau mouvement citoyen.

Pourquoi votre fondation a-t-elle financé cette enquête ?

Notre Fondation veut être un agitateur d’idées. L’enquête nous donne une base scientifique intéressante pour examiner des questions identitaires dont on pressentait qu’elles envahissaient tout l’espace public. Au-delà des chiffres, nous voulions analyser le système qui amène ces changements et esquisser une réponse à la question : « quelle société voulons-nous ? »

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct