lesoirimmo

4 octobre 2000 : «La mémoire courte de l’Allemagne»

La porte de Brandenbourg
La porte de Brandenbourg - Pierre-Yves Thienpont

Pour ceux qui en douteraient, les Allemands partagent les traits caractéristiques de la nature humaine. Et celle-ci est ainsi faite que l'homme est enclin à très vite s'accoutumer au bonheur, à le transformer en normalité, au point d'en identifier puis d'en dénoncer les inévitables défauts.

Les Allemands, donc, ne se sont pas longtemps satisfaits de l'exceptionnelle réussite politique que fut la réunification de 1990, encore moins peut-être de l'extraordinaire résurrection économique des régions de l'Est.

Dix ans plus tard, ceux de l'Ouest grognent sans retenue contre le coût faramineux de l'opération (on la chiffre aujourd'hui en milliers de milliards de marks) et la solidarité qui leur a été imposée, tandis que leurs nouveaux concitoyens crient la difficulté psychologique et sociale de s'adapter à un monde d'arrogance et d'inégalité.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct