Un album pour gommer l’image du Franquin dépressif

Avec les «
Idées noires
», André Franquin mettait en garde l’homme contre ses péchés d’orgueil. © Fluide Glacial.
Avec les « Idées noires », André Franquin mettait en garde l’homme contre ses péchés d’orgueil. © Fluide Glacial. - Fluide Glacial.

En 1977, André Franquin entre dans sa période punk, celle des Idées noires. A Londres, les Sex Pistols viennent de faire la une du Evening News avec leur philosophie du « No Future ». La crise menace de dévorer le monde tout cru. Les Idées noires, c’était le signal qu’il était temps de partir pour une nouvelle vie, loin de la barbarie, du chômage, de la peine de mort et de la gangrène gazeuse. Plutôt que de déprimer, il s’agissait de dessiner la fragilité de l’existence, de se mettre en empathie avec l’humanité malmenée par la malbouffe industrielle, les dérives sécuritaires, la course aux missiles, les marées noires, la pollution nucléaire…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct