Le Texas, un concentré des divisions de l’Amérique de Trump

© Reuters
© Reuters

Le révérend Michael Coffey n’en revient pas. Un entrefilet de quatre lignes le matin même dans le quotidien local Austin American-Statesman a suffi. Sa First English Lutheran Church déborde de monde, 400 personnes pour moins de 200 places, en majorité des Anglo-Américains sans connexion personnelle avec la saga des réfugiés. Le pasteur en attendait 50 pour sa « prière œcuménique » en faveur des Syriens et autres musulmans identifiés comme indésirables par Donald Trump. « En tant que chrétiens, notre rôle est d’être au côté de ceux qui souffrent dans le monde », dit-il.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct