Affaire Théo: les émeutes de 2005 viennent hanter la course à l’Élysée

La rupture de dialogue entre la police et la population n’a pas attendue l’affaire Théo. © Reporters
La rupture de dialogue entre la police et la population n’a pas attendue l’affaire Théo. © Reporters

En l’espace d’une semaine, l’affaire est passée de fait divers à fait de société. Le 5 février, quatre policiers sont mis en examen pour « violences volontaires » après l’interpellation de Théo, 22 ans, habitant de la cité des 3000 à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. L’un des policiers est aussi poursuivi pour « viol ». Il a gravement blessé le jeune homme à l’anus avec sa matraque.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct