Les Turcs tentés de pousser jusque dans l’antre de Daesh en Syrie

Des rebelles syriens soutenus par l’armée turque aux confins d’Al-Bab, dans le nord de la Syrie. © AFP.
Des rebelles syriens soutenus par l’armée turque aux confins d’Al-Bab, dans le nord de la Syrie. © AFP. - Saleh ABO GHALOUN/AFP.

Les troupes turques iront-elles jusqu’à Raqqa, la capitale de facto de « l’Etat islamique » (Daesh) en Syrie ? C’est ce que le président turc Recep Tayyip Erdogan a une fois encore laissé entendre dimanche. Sous l’engagement à poursuivre l’organisation djihadiste jusque dans son antre se cache sans doute le souci, rémanent dans le chef de tous les dirigeants turcs depuis toujours, de combattre les velléités kurdes dans la région.

« Les forces armées turques avec l’Armée syrienne libre (ASL) assiègent Daesh à Al-Bab où nous sommes entrés, a-t-il dit. La chute de la ville est une question de temps. Après, nous nous dirigerons vers Manbij puis Raqqa. Notre but ultime est de débarrasser la région de Daesh. » Le président turc a aussi confirmé son intention d’établir une zone de sécurité pour les réfugiés syriens dans le nord de la Syrie (voir ci-contre).

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct