Parkings de dissuasion: onze années d’attente

Parkings de dissuasion: onze années d’attente

F estina lente ». Hâte-toi lentement. La devise de l’empereur Auguste pourrait également être celle du gouvernement bruxellois en matière de politique de mobilité, et singulièrement concernant sa politique de création de parkings de dissuasion. Il y a 11 ans, le 15 novembre 2005 précisément, nous annoncions en Une les grands desseins en la matière du ministre bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet (SP.A) déjà. Parmi huit propositions, il affichait alors l’ambition de créer 6.000 places de parking de transit aux portes de la capitale pour les navetteurs.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct