Frontex: «Il n’y a pas de raison que le flux de migrants diminue»

© Reuters.
© Reuters.

L’Europe doit-elle se faire à l’idée qu’accueillir entre 150.000 et 180.000 migrants par an en Italie sera désormais… la norme ? C’est en substance ce qu’a reconnu Fabrice Leggeri, le directeur de Frontex mercredi, au cours de la présentation à Bruxelles du rapport d’analyse de risques 2017 de l’agence en charge du contrôle des frontières extérieures de l’Union européenne. Un bilan, d’abord, au son d’une « bonne » nouvelle aux airs déjà connus : le nombre de migrants arrivés de manière irrégulière sur le territoire européen a baissé de 72 % entre 2015 et 2016. Entre la fermeture de la route des Balkans et l’accord UE-Turquie, les traversées en mer Egée ont pratiquement cessé.

La situation est en revanche loin d’être stabilisée au large des côtes italiennes.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct