Déjà vu: quand il est «moralement juste et bon de désobéir»

Le 28 août 63, 250.000 citoyens de toutes «
races
» convergent vers le Lincoln Memorial, à Washington, pour protester contre les discriminations raciales et économiques. © AFP.
Le 28 août 63, 250.000 citoyens de toutes « races » convergent vers le Lincoln Memorial, à Washington, pour protester contre les discriminations raciales et économiques. © AFP. - AFP.

Il n’a pas fallu attendre bien longtemps pour que la résistance à Donald Trump et ses foucades s’organise. Depuis les bancs du Congrès – où démocrates et républicains non stipendiés soumettent les candidats secrétaires d’État à la question – mais également au sein de ces autres bastions de la démocratie américaine que sont la « société civile », la presse et, in fine, le pouvoir judiciaire, chargé de départager le nouveau président et ses contempteurs.

Si toute la philosophie politique américaine est chevillée autour de concepts comme l’initiative individuelle, l’indépendance et l’autonomie de la personne à l’égard de l’État, il ne faudrait pas en déduire que la caractéristique de l’état d’esprit américain est, ipso facto, cet « individualisme viscéral » dont le poncif qui s’est trop aisément établi.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct