«Ne rien faire, c’est donner raison à la montée du racisme»

- Dominique Duchesnes

Je me souviens. J’étais chez moi devant les images des journaux télévisés. Je ne pouvais plus tenir en place. Je voulais prendre ma voiture pour aller en Italie ou en Grèce. Finalement, je ne l’ai pas fait. En revanche, j’ai mis un pied dans un centre d’accueil chez nous, en Belgique. Très vite, j’y suis allée deux ou trois fois par semaine. Quand on pousse la porte de ces centres, on voit que l’accueil des demandeurs d’asile est pensé en Belgique. En revanche, ce n’est pas le cas pour ce qui se passe après, une fois que la demande d‘asile est acceptée. Quel sens cela a ? Après de longs mois, les pouvoirs publics annoncent à certaines de ces personnes qui ont fui qu’elles peuvent rester dans notre pays mais rien n’était mis en place pour faciliter leur intégration. Des sommes très importantes sont dépensées pour accueillir des demandeurs d’asile dans des centres pendant plusieurs mois et ensuite l’étape de l’installation, pourtant fondamentale, est négligée.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct