Juncker: «Nous ne sommes pas là pour faire le travail de la Belgique»

© Commission européenne
© Commission européenne

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a très peu apprécié les critiques émises notamment dans le sud du pays à l’égard de la Commission en ce qui concerne le Ceta, a-t-il indiqué devant les députés fédéraux du comité d’avis chargé des questions européennes et de la commission des relations extérieures de la Chambre.

En revenant sur l’épisode du Ceta, Juncker a estimé qu’il faudra à l’avenir « que la Belgique se ressaisisse », non pas en matière de contenu mais sur la méthode. Il faisait de la sorte référence au blocage en octobre dernier de la signature du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada en raison des désaccords intra-belges. « Je n’ai pas apprécié les critiques émises notamment dans le sud du pays contre la Commission pour ne pas avoir su écouter le parlement de Namur », a-t-il commenté.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct