Brexit: pourquoi Juncker annonce une «note salée» pour les Britanniques?

Jean-Claude Juncker
: «
[Le Brexit] n’est pas à coût zéro
: la facture sera très salée. Il faudra que les Britanniques respectent leurs obligations librement consenties.
»
Jean-Claude Juncker : « [Le Brexit] n’est pas à coût zéro : la facture sera très salée. Il faudra que les Britanniques respectent leurs obligations librement consenties. » - Dursun Aydemir/Anadolu

Pour satisfaire à une tradition remontant à Jacques Delors, Jean-Claude Juncker n’a dû effectuer que quelques centaines de mètres rue de la Loi ce mardi matin pour effectuer sa visite « nationale » du jour. Le président de la Commission européenne a été reçu par le Parlement belge, ou plus précisément par la commission d’avis des Affaires européennes, présidée pour l’occasion par les deux présidents d’assemblée Christine Defraigne (MR, Sénat) et Siegfried Bracke (N-VA, Chambre). Séance assez convenue quant à la substance, où M. Juncker a brossé les grands enjeux du moment, avant d’être questionné de manière tout aussi générale sur ces mêmes enjeux (avenir de l’UE, austérité, dumping social, défense européenne…).

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct