Le port de Liège veut sortir le site de Chertal de son cocon

Le site de Chertal est à l’arrêt total depuis plus de 5 ans. © Pierre-Yves Thienpont.
Le site de Chertal est à l’arrêt total depuis plus de 5 ans. © Pierre-Yves Thienpont.

J e sens qu’il est temps de briser le tabou de l’affectation sidérurgique de Chertal. Les syndicats qui avaient réclamé la mise sous cocon sont d’accord, pourvu qu’on y développe un projet économique sérieux.  » Avec sa casquette de président du port autonome de Liège, troisième port fluvial européen, le bourgmestre de Liège Willy Demeyer entend vouloir commencer à «  tourner officiellement la page de la sidérurgie à Chertal  ». Les bons résultats du port («  excellente année malgré la conjoncture  »), notamment grâce à une hausse des activités conteneurs (+40 % du trafic, avant même que le Trilogiport n’entre réellement en fonction) incitent à lorgner les 200 hectares de l’ancien complexe « aciérie-coulée continue-laminoir » d’Arcelor-Mittal situé à cheval sur les communes de Herstal et d’Oupeye.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct