Antarctique: «L’Etat veut-il une station polaire ou pas?»

La station princesse Elisabeth
? «
Il n’y a 36 solutions
: soit c’est une base 100
% publique, soit 100
% privée, soit les deux collaborent
», estime Johan Berte.© IPF
La station princesse Elisabeth ? « Il n’y a 36 solutions : soit c’est une base 100 % publique, soit 100 % privée, soit les deux collaborent », estime Johan Berte.© IPF - IPF.

S’il y en a un qui connaît sur le bout des doigts la station polaire belge en Antarctique, c’est bien lui. Avec Alain Hubert, il en est l’un des pères : l’ingénieur-accoucheur. Mais alors que l’explorateur a sans cesse été dans la lumière, Johan Berte est toujours resté dans une ombre qui sied à son caractère. Aujourd’hui, entre les deux compères de naguère, l’atmosphère a viré à l’orage. A l’ouragan. La fondation polaire internationale (IPF) que préside Hubert traîne Berte et son acolyte Kristof Soete devant la justice et leur réclame 3 millions d’euros notamment pour avoir « volé des secrets » et« volé la saison 2015-2016 » à l’IPF en nouant une collaboration avec l’Etat, lui-même en conflit avec l’IPF. « Quels secrets ? La fondation ne sait toujours pas le dire », soupire Berte.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct