Des musulmans ont le sentiment de ne pas être reconnus

Des musulmans ont le sentiment de ne pas être reconnus

Il y a des crises qui sont salutaires. Laurent Licata en est convaincu. Chercheur du centre de recherche en psychologie sociale et interculturelle de l’ULB, il voit dans la crise que nous traversons suite au choc des attentats, l’opportunité de s’interroger sur la manière dont nous fonctionnons, dont nous définissons nos identités et le vivre-ensemble. «  Une société, c’est quoi ? C’est un ensemble, composé de groupes divers – sociaux, politiques, culturels, religieux, etc. – qui partagent un objectif commun minimal : vivre en paix. Pour qu’elle fonctionne, il faut que ses différentes composantes se sentent acceptées et reconnues comme membres de la société  », explique-t-il.

Certains ont le sentiment de ne pas être reconnus à part entière, se sentent méprisés, sous-citoyens

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct