Bertrand Bonello: «Je préfère la beauté à la performance»

Un cinéaste qui veut refléter le contemporain. © Hollandse Hoogte.
Un cinéaste qui veut refléter le contemporain. © Hollandse Hoogte. - Hollandse Hoogte.

Musicien classique de formation avant de devenir cinéaste, professeur à la Fémis, Bertrand Bonello est une nature singulière dans le paysage cinématographique français. Pour comprendre son œuvre faite à ce jour de sept longs-métrages et une poignée de courts-métrages, il faut peut-être se référer au titre du premier film « Quelque chose d’organique ». Qu’il explore le monde des prostituées des maisons closes parisiennes au début du XXe siècle ou qu’il plonge dans la tête de l’iconique Yves Saint Laurent, son cinéma a la faculté de prendre le pouls de la société française et de dire quelque chose de totalement contemporain. Du 2 au 19 mars, la Cinematek propose un cycle de ses films. Un cinéma de résistance. En prélude à sa rencontre avec le public le 18 mars, juste avant la projection de son dernier film, Nocturama, nous l’avons rencontré à Paris. Chacun de ses films, nous a-t-il dit, se rattache à une tranche de sa vie. Mais quand il parle du

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct