Un fait peut-il être alternatif?

Des opposants à Donald Trump
? Quels opposants
? Un «
fait alternatif
» parmi d’autres
?...
Des opposants à Donald Trump ? Quels opposants ? Un « fait alternatif » parmi d’autres ?... - Photo News

Il est rare d’assister en direct à la création d’un néologisme. C’est pourtant l’expérience vécue par les téléspectateurs de la chaîne américaine NBC le 22 janvier dernier, lorsqu’une conseillère du président Trump a qualifié les déclarations d’un de ses collègues de « alternative facts », en français « faits alternatifs ».

Pour connaître une diffusion rapide et durable, le néologisme doit être aisément compréhensible. Or, malgré son succès fulgurant, fait alternatif est loin de présenter une signification transparente. Une manière d’en saisir la portée est de le relier à d’autres créations récentes, telles post-vérité ou fake news, symptomatiques des temps que nous vivons. Et d’un monde où le réel et la fiction ne sont plus les options d’une même alternative…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct