Les pacemakers, cibles potentielles des hackers

© Ronald A. Fontana
© Ronald A. Fontana

Il y a neuf ans, le vice-président des États-Unis Dick Cheney décidait de désactiver les fonctions de contrôle à distance de son implant cardiaque par crainte d’un hacking. Et si le vice-président n’avait pas pris cette décision ? La série « Homeland » imagine alors le pire en 2012 à travers l’épisode « Broken Heart ». Son pacemaker hacké, un politicien s’effondre, terrassé par un arrêt cardiaque sous le regard satisfait de son adversaire. Après « Homeland », la série policière belge « United 42 » consacre un épisode au hacking des implants. Ces scénarios pourraient-ils rejoindre aujourd’hui la réalité ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct