Franco Dragone n’a pas dit son dernier mot en Belgique

Franco Dragone n’a pas dit son dernier mot en Belgique

Mis en cause par les Panama Papers, inculpé pour fraude fiscale et blanchiment, et occupé à la restructuration de sa société louviéroise, Franco Dragone semblait heureux, mardi, de pouvoir un moment oublier le volet judiciaire afin de défendre son nouveau projet culturel, Aïda, bientôt joué à Anvers et Bruxelles.

Le but n’est pas de redorer mon image. D’ailleurs, je n’y crois plus, c’est foutu

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct