22 mars, un an après: «Certaines techniques d’intervention ont été adaptées en fonction des attentats»

Mathieu Van Hooren, infirmier à la Croix-Rouge.
Mathieu Van Hooren, infirmier à la Croix-Rouge. - Bruno D’Alimonte.

Infirmier instrumentiste, Mathieu Van Hooren était sur le point de commencer à assister une chirurgienne à pratiquer une opération lorsque son téléphone a sonné, ce 22 mars 2016. « C’était mon collègue Guy, de la Croix-Rouge, qui m’informait qu’une de ses amies avait entendu que deux bombes venaient d’exploser à l’aéroport de Zaventem. J’ai demandé à vérifier et ça s’est très vite confirmé. La chirurgienne m’a dit de vite partir car je serai plus utile là-bas. Je suis donc parti à mon local de la Croix-Rouge en empruntant la rue de la Loi où tout était encore calme. Quelques minutes plus tard, j’entendais à la radio qu’une rame de métro avait explosé… »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct