Le PS liégeois sous le signe du «changement»

«
Willy réfléchit. Il n’est ni sourd ni aveugle, mais rationnel et constructif », confie un socialiste à Liège. © D.R.
« Willy réfléchit. Il n’est ni sourd ni aveugle, mais rationnel et constructif », confie un socialiste à Liège. © D.R. - D.R.

Le sort du PS tout court est suspendu au sort du PS liégeois. Ravagée par les « affaires », la plus grosse fédération parmi les quatorze composant le parti dominant jusqu’à présent au sud du pays, forte encore de 15.000 militants-malgré-tout, convoque en son sein, vendredi soir, place de la République-Française (ça sent la révolution), dans un amphithéâtre de l’ULg, une « assemblée fédérale » où se presseront quelque 560 délégués émanant des 43 sections et Union socialistes locales (USC). Un chaudron. Où les rouges auront à cœur, selon l’expression de Jaurès qui émaille généreusement les discours dans les congrès socialistes, d’« aller à l’idéal en passant par le réel » – à vrai dire, en passant par la dure réalité. Celle des dérapages et des abus dont le holding public Publifin et la société Nethys ont été le théâtre l’un et l’autre, apparaît-il aujourd’hui de façon éclatante.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct