22 mars, un an après: «C’est le présent qui prime»

22 mars, un an après: «C’est le présent qui prime»

Derrière ses épaisses lunettes fumées, Claire, 63 ans, irradie de lumière, celle de la résilience. Et malgré sa silhouette frêle, elle dégage une énergie hors du commun. Son parcours, pourtant, aurait pu – aurait dû – éteindre cette Auderghemoise, ancienne kinésithérapeute et professeure d’éducation physique. Des soucis articulaires la mènent à devenir bibliothécaire. Elle le restera durant 20 ans. Mais son amour des livres est contrarié par une sclérodermie, maladie auto-immune qui altère sa vue. Qu’à cela ne tienne : elle se met au service de la Ligue Braille et vit chichement d’une petite allocation de handicapée.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct