Corée du Sud: de la lumière pour mettre à l’ombre la présidente déchue

Corée du Sud: de la lumière pour mettre à l’ombre la présidente déchue
KIM HONG-JI/Reuters

Après des mois de turbulences politiques, la plus haute instance judiciaire de Corée du Sud a entériné vendredi la destitution de la présidente Park Geun-Hye, poussée vers la sortie par un gigantesque scandale de corruption. La décision unanime des juges de la Cour constitutionnelle signifie qu’une élection présidentielle anticipée doit être organisée sous 60 jours. Premier chef de l’Etat sud-coréen limogé de la sorte, Park perd aussi son immunité présidentielle, ce qui l’expose à d’éventuelles poursuites judiciaires. A Séoul, des manifestants avaient sorti leds et smartphones pour appeler à l’incarcération immédiate de la présidente déchue.

Des échauffourées ont éclaté alors que les partisans de Park tentaient de franchir les barricades de la police pour atteindre le tribunal. Les policiers – plus de 20.000 avaient été déployés dans la capitale – ont usé de gaz poivre pour tenter de ramener le calme. Deux manifestants sont morts lors de ces échauffourées. (afp)

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en L'image du jour