Grave Bien plus qu’un film «d’horreur»

Edition numérique des abonnés

Le film fait des émules depuis sa présentation à Cannes en mai dernier. À Toronto, certains spectateurs se seraient même évanouis dans la salle…

Pourtant, cantonner Grave, le premier long-métrage de Julia Ducournau, à un simple film d’horreur et le réduire à ses images effrayantes serait bien réducteur. Avec un style soigné, abouti, intelligent, actuel et une vraie vision, la réalisatrice française livre un film hors des sentiers battus qui pourrait bien plaire aux spectateurs de prime abord frileux.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct