La langue de ma mère Touchant et poignant

Edition numérique des abonnés

Pendant toute son existence, Josée était une femme pleine de vie. Têtue, bornée et sûre d’elle. Actrice dans une troupe amateure, elle l’était aussi dans la vie. Et son instrument était sa voix. Une voix qu’elle a perdue suite à un AVC qui a rendu ses paroles incompréhensibles.

C’est l’histoire de ce bouleversement qu’Hilde Van Mieghem porte à l’écran en adaptant Sprakeloos (La langue de ma mère), best-seller de l’écrivain flamand Tom Lanoye.

Au centre du film, une Viviane De Muynck magistrale qui incarne Josée de manière forte et émouvante. Aux côtés de Stany Crets, elle tisse cette relation complexe d’amour-haine entre une mère et son fils. Une histoire aux accents universels qui évoque le sujet difficile de la maladie d’un proche.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct