Andrea Rea: «Aux citoyens de formuler leur espoir pour faire société ensemble»

Andrea Rea: «Aux citoyens de formuler leur espoir pour faire société ensemble»

Un an après le 22 mars, comment s’accorde encore le « vivre-ensemble » quand on le conjugue au présent belge ? Qu’en reste-t-il ? Est-il encore un objectif en soi ou le repli a-t-il tout envahi ? Pour Andrea Rea, sociologue à l’ULB, directeur du Germe (Groupe de recherche sur les relations ethniques, les migrations et l’egalité), l’urgence de la rencontre de l’autre ne figure pas encore en haut de l’agenda politique, ni de celui de la population belge, qu’elle soit musulmane ou non. Les attentats de Maelbeek et Zaventem n’ont en ce sens pas suscité de sursaut suffisant…

Au lendemain des attentats, la Belgique a vécu une sorte de communion dans le deuil, sur la Place de la Bourse. Pourtant, assez vite, chacun retourne à son quotidien. Comment se porte aujourd’hui notre « vivre ensemble », frappé au cœur le 22 mars 2016. Le repli l’a-t-il emporté ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct