L’économie bruxelloise a survécu aux attentats

La facture à Bruxelles fut la plus salée, même si ce fut de manière limitée dans le temps. © Roger Milutin.
La facture à Bruxelles fut la plus salée, même si ce fut de manière limitée dans le temps. © Roger Milutin. - Roger Milutin.

Relativiser l’impact des attentats terroristes est une démarche délicate : c’est l’indicible qui a frappé la capitale le 22 mars 2016. Mais force est de constater que, vus sous le prisme économique, ces attentats n’ont finalement pas durablement affecté les affaires : tant la Belgique que Bruxelles ont retrouvé une activité aussi « normale » que possible.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct