Après la saga du Ceta, un nouveau front avec le Japon

Shinzo Abe et Jean-Claude Juncker, lors de la visite du Premier ministre japonais à Bruxelles en mai dernier
: une négociation entrée dans sa dernière phase. © Reuters.
Shinzo Abe et Jean-Claude Juncker, lors de la visite du Premier ministre japonais à Bruxelles en mai dernier : une négociation entrée dans sa dernière phase. © Reuters. - Reuters.

La poussière de la bagarre autour du Ceta est à peine retombée qu’un nouveau débat pointe le bout du nez – autour, cette fois, du projet d’accord global de libre-échange des biens, services et investissements entre l’Union européenne et le Japon. C’est un « gros morceau » : l’économie japonaise, 4è mondiale, c’est trois fois celle du Canada. Combinées, les économies de l’UE et du Japon représentent plus d’un tiers du PNB de la planète. Ce nouveau deal libre-échangiste est négocié depuis 2013. Dans la discrétion. Sinon l’indifférence. La venue, à Bruxelles ce mardi, du Premier ministre japonais mettra toutefois le projet sous les feux des projecteurs. Le libéral Shinzo Abe est attendu pour un dîner de travail avec les présidents du Conseil européen Donald Tusk et de la Commission Jean-Claude Juncker.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct