L’abandon des victimes du 22 mars… Pourquoi?

L’abandon des victimes du 22 mars… Pourquoi?

Au cours des dernières semaines, nos médias ont fait un large écho aux plaintes des victimes des attentats du 22 mars 2016. Nombre d’entre elles ont exprimé leur désarroi devant les lourdeurs et lenteurs administratives auxquelles elles sont confrontées dans leurs démarches en vue d’obtenir les indemnités. Mais de surcroît, elles font état d’un manque de reconnaissance sociale, voire d’abandon. Comment a-t-on pu en arriver là, alors qu’au lendemain du 22 mars, les rassemblements spontanés marqués par l’expression de la solidarité avec les victimes ont été surabondants ? Cette question renvoie à des processus psychosociaux qui sont bien documentés par le travail scientifique, au point que le sort des victimes des attentats était parfaitement prévisible.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct