Le Pen voulait faire connaissance, Poutine nie toute ingérence

© AFP
© AFP

Recevant Marine Le Pen, Vladimir Poutine a assuré qu’il ne s’agissait aucunement d’ingérence russe dans l’élection présidentielle française mais d’une volonté de rencontrer les forces d’opposition, comme le font l’Europe et les Etats-Unis à l’approche d’élections. « Nous ne voulons en aucun cas avoir de l’influence sur les événements à venir, mais nous nous réservons le droit de communiquer avec les représentants de toutes les forces politiques du pays, comme le font nos partenaires européens ou les Etats-Unis », a ainsi déclaré le président russe.

En rencontrant le chef de l’Etat russe à un mois du premier tour le 23 avril, la candidate du Front national entend, elle, se donner une stature internationale. Son programme à Moscou ne prévoyait pourtant pas de rencontre avec Vladimir Poutine.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct