Un vampire invisible pointe le bout de son nez

Un vampire invisible pointe le bout de son nez

La plupart du temps, cette plante se cache sous le sol. Mais une fois par an, pour quelques jours seulement, elle surgit de terre. Les lathrées clandestines sont en fleur au Jardin expérimental Jean Massart de l’ULB. Pour les trouver, il va falloir se pencher.

Cette fleur, qui ne possède pas de chlorophylle et ne fait pas de photosynthèse, est un parasite. Elle étend son réseau de racines écailleuses et blanchâtres – qui peut peser plusieurs kilos – près d’autres arbres, dont elle suce la sève.

Alors, quand les bourgeons pointent le bout de leur nez, que les arbres pulsent sous leur écorce, les lathrées clandestines aspirent leur énergie pour leur période de reproduction. Que l’on se rassure : seule une infime partie de la sève est aspirée par l’épais tapis de fleurs violettes.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct