Mal de pierres La modernité du propos pouvait générer plus d’audace

Mal de pierres La modernité du propos pouvait générer plus d’audace

Avec ce huitième long comme réalisatrice, Nicole Garcia confirme une fois encore son amour des héroïnes borderline. Et son souci des acteurs qu’elle sublime avec talent. Elle a aussi le sens des beaux décors et de l’ouvrage bien fait.

Mais alors qu’elle raconte une histoire très romanesque retraçant 17 ans de la vie d’une femme assoiffée d’amour absolu, le film n’emporte pas tout sur son passage comme on l’espérerait.

Gabrielle, viscéralement incarnée par une Marion Cotillard, est une amoureuse à qui sa famille impose un carcan. Elle rêve de passion absolue, ses parents la croient folle et la donnent à José, un ouvrier saisonnier, pour en faire une femme respectable. Gabrielle se voit enterrée vivante. Du coup, elle va créer son propre tumulte pour aller au bout de ses rêves.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct