Le Belge venu de «l’Ostbelgien» pour défendre le pays et le Roi

Comme bien des invités au banquet d’Etat à Copenhague, le ministre-président germanophone, Oliver Paasch, semble conquis par l’actrice de la série «
Borgen
», Birgitte Hjort Sørensen, sollicitée pour des photos souvenirs. © Belga.
Comme bien des invités au banquet d’Etat à Copenhague, le ministre-président germanophone, Oliver Paasch, semble conquis par l’actrice de la série « Borgen », Birgitte Hjort Sørensen, sollicitée pour des photos souvenirs. © Belga. - B. Doppagne/Belga.

« S i j’avais eu quatre mois de plus, sourit Oliver Paasch, je n’aurais pas été dernier dans l’ordre protocolaire : j’aurais dépassé Paul Magnette !  » Pas sûr que l’âge ait un vrai rôle dans les places attribuées aux ministres-présidents par le protocole. Mais le germanophone le dit et le veut : à Copenhague (pour la visite d’Etat de mardi à jeudi matin) comme en Belgique, il est l’égal des ministres-présidents des autres entités fédérées. Même s’il ne représente qu’une Communauté de 76.000 âmes.

C’est d’ailleurs son combat comme celui, assure-t-il, de tous les partis germanophones : que sa Communauté soit l’égale des autres entités fédérées du pays, et traitée comme telle. Il le dit sans agressivité ni effet de manche. Dans ce style simple et direct qui lui vaut une belle popularité dans son (coin de) pays.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct