Le chant du cygne de Charles de Gaulle

© D.R.
© D.R.

L’élection présidentielle française de décembre 1965 fut la deuxième organisée sous la Ve République. Mais en janvier 1959, Charles de Gaulle avait été élu par un collège de quatre-vingt mille notables. En 1962, en imposant par référendum, et contre la volonté de l’Assemblée nationale, l’élection du président au suffrage universel direct, le général n’imaginait sans doute pas que, trois ans plus tard, il aurait à livrer un deuxième tour, parfaitement humiliant pour lui…

En cet hiver 65, Charles de Gaulle, alors âgé de 75 ans, dut affronter cinq candidats, dont François Mitterrand (49 ans), candidat unique – avec la bénédiction de Pierre Mendès-France – de la gauche, mais également Jean Lecanuet (45 ans), sénateur-maire de Rouen, qui osa le défier au nom de la droite modérée. En raflant 15,6 % des voix au premier tour, ce dernier causa incontestablement plus de torts à de Gaulle qu’à Mitterrand.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct