La robotisation des océans est en marche

Ces prototypes de robots sous-marin au flair élargi sont développé au laboratoire d’Océanographie de Villefranche. Leur nom
? Biogeochemical-Argo. «
L’objectif à terme est d’avoir 1.000 de ces robots dans l’océan mondial
; 240 sont déjà opérationnels
», explique le P
r

Hervé Claustre. Il dirige ce programme international
Ces prototypes de robots sous-marin au flair élargi sont développé au laboratoire d’Océanographie de Villefranche. Leur nom ? Biogeochemical-Argo. « L’objectif à terme est d’avoir 1.000 de ces robots dans l’océan mondial ; 240 sont déjà opérationnels », explique le P r Hervé Claustre. Il dirige ce programme international

Cela sonne comme la fin d’une époque. Celle des océanographes embarqués des mois durant sur des navires de recherche à plonger leurs instruments dans les mers du monde pour en analyser quelques propriétés. A l’avenir, l’exploration sous-marine sera résolument robotisée. Avec l’acquisition d’un nombre gigantesque de données physiques, mais aussi désormais chimiques et biologiques, sans aucune restriction temporelle ou géographique, percer certains des mystères du monde du silence est à portée de main. Et ce, même dans les hostiles milieux polaires. Ce progrès est mis en lumière lors de la Monaco Ocean Week qui s’est terminée ce mardi 4 avril.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct