Judo: «Toma Nikiforov tire tout le monde vers le haut»

7 des 8 francophones en préparation (Myriam Blavier, Gabriella Willems, Sami Chouchi, Benjamin Harmegnies, Kenneth Van Gansbeke, Lola Mansour et Toma Nikiforov), manque Charline Van Snick, qui était à Paris.
7 des 8 francophones en préparation (Myriam Blavier, Gabriella Willems, Sami Chouchi, Benjamin Harmegnies, Kenneth Van Gansbeke, Lola Mansour et Toma Nikiforov), manque Charline Van Snick, qui était à Paris. - Belga

«  Je crois que la période des vaches maigres est bien derrière nous  », assène, d’emblée, Cédric Taymans (42 ans), le directeur technique francophone en poste depuis 2006. «  On a semé lentement mais les semences étaient bonnes. Un long et intense travail d’équipe. Il a fallu assurer la fin de la génération des Bomboir, Martinuzzi ou Flamand. On a perdu quelques talents en route pour des questions de choix professionnel, de vie familiale comme Julie Baeyens, Christophe Van Dijck, Nathan Gillis ou Steven Cnudde. Mais aujourd’hui, le groupe regorge de talent avec deux exceptions comme Charline (Van Snick) et Toma (NIkiforov) qui ont le judo dans leurs gènes.  »

Une bonne nouvelle ne venant jamais seule, Joachim Bottieau, qui avait pris un long congé sabbatique après sa déception olympique en -81, va repartir au combat avec un gros stage en Corée dans les prochaines semaines.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct