l’édito

Publifin: Di Rupo se met en marche. Il faut aller plus loin

© Reporters
© Reporters

Enfin !

Le président du PS, Elio Di Rupo, s’est réveillé, prenant hier la décision qui s’imposait depuis des semaines, voire des années. Si l’éjection d’André Gilles – et bientôt de Stéphane Moreau – s’est faite selon les règles, sur la base d’un dossier instruit par le conseil de déontologie et tranché par le comité de vigilance, on peut se demander ce qu’ont fait ces instances durant tout ce temps où des mandataires socialistes, à la tête d’une puissante fédération locale, ont cumulé les mandats en contravention flagrante avec les règles internes du parti, additionné les rémunérations en opposition avec ses valeurs et pris le pouvoir d’une structure publique dont le destin avait échappé aux actionnaires politiques.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct