Macron, la fulgurance d’un ancien banquier

©PhotoNews
©PhotoNews

C’est l’une des percées électorales les plus spectaculaires de la Ve  République. Il n’avait pas de parti, pas de prestigieux appuis politiques. Plus fort encore, il était inconnu du grand public il y a trois ans. Et pourtant, il pourrait bien devenir, à 39 ans, le prochain président français.

En prenant la tête du premier tour de l’élection présidentielle face à la frontiste Marine Le Pen, Emmanuel Macron a prouvé qu’il n’avait rien d’une bulle sondagière. Rien d’une étoile filante.

Le candidat du « ni de droite ni de gauche » a réussi là où François Bayrou a échoué : convaincre l’électeur français de l’existence d’une offre alternative aux partis traditionnels. En un laps de temps record et en parvenant à réaliser un petit miracle : mobiliser ses « marcheurs » tout en faisant discrètement oublier son bilan.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en France