Tigran Mansurian Requiem

<span>Tigran Mansurian</span> Requiem

Ecrit en 2010-2011 en hommage aux victimes du génocide arménien de 1915-1917, le Requiem de Tigran Mansurian évolue entre le latin de l’Eglise catholique et l’arménien. La portée de l’œuvre reste elle-même différente. Chez nous, elle illustre la cérémonie des funérailles. Pour les Arméniens, elle joue un rôle de mémoire et peut être rejouée pour des anniversaires de la mort du défunt.

Tournant le dos aux exhibitions théâtrales, le compositeur incruste sa partition dans la tradition mélodique et ornée du chant arménien tout en conservant la rigueur imposée par le latin. Mais un latin qui, selon ses dires, récupère la phonétique de l’arménien.

Le résultat induit une vision ardente et contemplative à laquelle le RIAS Kammerchor et l’orchestre de chambre de Munich, sous la direction d’Alexander Liebreich, offre une dimension quasi mystique.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct