L’Europe, poison dans la présidentielle française

Emmanuel Macron devra expliquer comment il entend réformer la France en profondeur tout en conservant intact son ancrage européen. Photonews.
Emmanuel Macron devra expliquer comment il entend réformer la France en profondeur tout en conservant intact son ancrage européen. Photonews.

Au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle française, le BEL 20 a bondi de plus de 3 % et les capitales européennes ont manifesté leur profond soulagement. Il est vrai que pour les partisans de l’Europe, le pire a été évité : un second tour qui aurait opposé deux europhobes, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. A la place, la victoire annoncée d’Emmanuel Macron au second tour fait souffler un vent d’optimisme dans les sphères européennes : le nouveau président français sera acquis à la cause de l’Europe.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Opinions
    • David Frost, le négociateur britannique du Brexit, a donné voici peu à Bruxelles une conférence qui n’a pas manqué de surprendre.

      Carte blanche Carte blanche: «Le Brexit et son prophète»

    • Helmut Kohl, François Mitterrand et Margaret Thatcher, lors du sommet européen à Dublin, le 28 avril 1990.

      Quand l’Europe a joint union économique et union politique

    • A Alost, les organisateurs du carnaval s’apprêtent à laisser défiler des chars avec des caricatures de juifs orthodoxes, avec papillotes, nez crochu, rats et tas d’or, comme ce fut le cas l’an dernier, et cela au nom de l’humour.

      Chronique Visa pour la Flandre: bons boulets d’Alost