Et si Macron était président

© AFP.
© AFP.

Imaginez-vous dimanche soir, à 20 heures, le visage d’Emmanuel Macron apparaît sur le petit écran. Une majorité d’électeurs ont accordé leur suffrage à ce jeune homme pressé, neuf en politique (bien qu’évoluant au cœur du pouvoir économique depuis une dizaine d’années) et qui s’était lancé dans la course à la présidentielle il y a à peine plus d’un an.

À la fin de la semaine, Emmanuel Macron s’installera à l’Elysée, dont François Hollande lui confiera les clefs. L’histoire aura un goût amer pour le président sortant accueillant son ancien conseiller, après avoir vu, en à peine plus de six mois, se dissiper son espoir d’un second mandat – qu’il a renoncé de briguer le 1er décembre – puis, dans la foulée d’une primaire taillée sur mesure, s’effondrer son parti.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct