La gauche française veut se réinventer sans se suicider

La gauche française veut se réinventer sans se suicider

Dépasser les étiquettes politiques  ». Le nouveau laïus de Benoît Hamon rappelle indéniablement celui d’un autre, aujourd’hui devenu président. Le socialiste l’a confirmé ce mercredi matin : pas question d’attendre les bras croisés le prochain congrès du PS. Capitalisant sur sa campagne, celui qui n’a récolté que 6,36 % des voix au premier tour de l’élection a annoncé la création, le 1er juillet prochain en région parisienne, d’un «  mouvement pour reconstruire une gauche inventive  ». Qui irait de Macron à Mélenchon ? Guillaume Balas, proche de l’ex-candidat socialiste à la présidentielle nuance : «  La gauche n’est pas condamnée à exister entre Macron et Mélenchon, entre une gauche qui n’est plus à gauche et une gauche radicale. On veut commencer la lente reconstruction de la gauche française.  »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct