Une Biennale où les artistes sont rois

Pour le Pavillon de la terre, Julian Charrière a conçu ces colonnades aux allures de vestige mais constitués d’un sel contenant du lithium.
Pour le Pavillon de la terre, Julian Charrière a conçu ces colonnades aux allures de vestige mais constitués d’un sel contenant du lithium.

De l’espace, des découvertes, des thématiques chères aux artistes et une impression de fraîcheur et de fluidité : Christine Macel, curatrice de Viva Arte Viva, l’exposition centrale de cette 57e Biennale, a réussi son pari.

Découpée en neuf thématiques, Viva Arte Viva se répartit sur deux espaces. D’une part, le bâtiment central des Giardini où le parcours débute avec le Pavillon des artistes et des livres et le Pavillon de la joie et de la peur. D’autre part, l’Arsenal où se succèdent les sept autres pavillons : Pavillon de l’Espace commun, Pavillon de la Terre, Pavillon des traditions, Pavillon des shamans, Pavillon dionysiaque, Pavillon des couleurs et Pavillon du temps et de l’infini.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct