Râleur ou satisfait, chaque usager de la Stib a son avis

Valentine. Photo
: Mathieu Golinvaux.
Valentine. Photo : Mathieu Golinvaux.

Cest une catastrophe », s’exclame Carole en attendant le bus 71 à l’arrêt Trône. « Tous les jours me prend l’envie d’appeler la STIB pour demander pourquoi le bus est encore en retard. » Agacée par les retards consécutifs et les métros bondés où il est difficile de monter, Carole déplore particulièrement le manque de communication de la STIB en cas de perturbation sur le réseau.« Nous ne savons jamais ce qu’il se passe et nous ne pouvons que constater les retards accumulés et le manque d’alternatives en cas de pépin. Encore aujourd’hui, le métro a eu dix minutes de retard et on ne nous explique même pas pourquoi. C’est très énervant », explique-t-elle.

Plus philosophe, Robert attend patiemment le tram à l’arrêt Louise en lisant son journal, tandis que la plupart des autres voyageurs regardent leur montre, pressés. Il est 8h10 et l’espace d’un instant, l’arrêt est presque vide.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct