Les fantômes d’Ismaël se conjugue au féminin

<span>Les fantômes d’Ismaël</span> se conjugue au féminin

Comment parler du nouveau film d’Arnaud Desplechin sans se perdre dans les méandres de récits qui s’entremêlent ? Histoires d’amour et de fantômes, histoires de création et de disparition, thriller… L’exercice très romanesque, qui répond à un besoin d’enchanter la narration, est à la fois complexe et simple à l’image des personnages qui cherchent leur place et se cherchent.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct