lesoirimmo

Pologne, Hongrie: oser défendre la démocratie

Viktor Orban, le Premier ministre hongrois © Reuters
Viktor Orban, le Premier ministre hongrois © Reuters

Serait-ce dû à un « effet Macron  », qui aurait levé une nouvelle part de réticences à prendre de front l’extrême droite et les populistes plutôt que de les éviter ? Serait-ce la lassitude des responsables européens, qui auraient constaté qu’il ne sert à rien de regarder ailleurs, car les problèmes non traités finissent quand même par s’accumuler et embarrasser la marche en avant ? Ou ne serait-ce plus prosaïquement que l’effet mécanique des procédures européennes : une fois lancées, il est difficile d’empêcher leur arrivée à (bon) terme, alors même qu’on n’y avait pas accordé beaucoup de crédit ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct