RD Congo: le jour où Mobutu capitula sans combattre

Le dénouement est proche et tout est dit dans les visages : le médiateur, Nelson Mandela, est entouré d’un Mobutu au visage défait et d’un Laurent-Désiré Kabila au sourire triomphant. © Belgaimage.
Le dénouement est proche et tout est dit dans les visages : le médiateur, Nelson Mandela, est entouré d’un Mobutu au visage défait et d’un Laurent-Désiré Kabila au sourire triomphant. © Belgaimage.

Les derniers jours qui précédèrent le départ du président Mobutu, la chute d’un régime installé depuis 32 ans, je les ai passés à Brazzaville, sur la rive d’en face. Après la dernière rencontre organisée à Pointe-Noire, sur l’Outenika, où j’avais vu Nelson Mandela aider un Mobutu chancelant à s’engager sur la passerelle du bateau sous le regard impassible de Laurent-Désiré Kabila, tout était allé très vite : la Division spéciale présidentielle avait cédé sans combattre, le chef d’état-major zaïrois, le général Mayele avait été abattu, accusé par Kongolo, l’un des fils de Mobutu, d’avoir trahi et livré la ville, l’avion présidentiel, pris pour cible par des soldats furieux et impayés, avait emmené le président, son épouse et quelques rares fidèles à Gbadolite et de là au Togo…

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct