Demandes d’asile: 3.500 Afghans attendent depuis plus d’un an

Lailama est arrivée en Belgique il y a un an et demi. Elle est sans nouvelle de sa demande d’asile. « Il faut qu’on en finisse avec cette situation, je n’en peux plus. » © Pierre-Yves Thienpont.
Lailama est arrivée en Belgique il y a un an et demi. Elle est sans nouvelle de sa demande d’asile. « Il faut qu’on en finisse avec cette situation, je n’en peux plus. » © Pierre-Yves Thienpont. - Pierre-Yves Thienpont.

Elle a cet air des gens absents. Attentifs, mais comme par politesse. Une nervosité qu’elle peine à cacher. Lailama réfléchit un peu. Est-ce qu’elle était comme ça avant ? A seulement 21 ans et déjà un peu trop d’expériences vécues, c’est difficile de faire la part des choses. Et pour la jeune Afghane, l’amertume et l’angoisse des mois passés à attendre ont désormais pris toute la place.

Lailama et sa famille ont quitté l’Iran, quand les milices ont fait pression pour envoyer son frère combattre en Syrie. La Belgique, c’était un choix de son père, qu’elle peine encore à comprendre. Passe encore le gris et le froid. Mais la famille partie avec eux, celle qui s’est arrêtée en Allemagne, a été fixée sur son sort il y a des mois de cela.

Ici, depuis ce 13 novembre 2015, c’est le silence radio.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct